Lectures critiques: Alexis Cukier, le travail démocratique

Lundi 12 novembre à 20 heures: Lectures critiques: débattre de la question de la démocratie,  de la question sociale et de la centralité du travail, à partir du livre d’Alexis Cukier, Le travail démocratiqueTéléchargez l’invitation en PDF

Cher.e.s ami.e.s, cher.e.s camarades,

Nous reprenons nos réflexions et nos débats sur l’action politique et la démocratisation de la production, en relançant un processus de lecture, de débat et de critique sur quelques livres qui offrent des hypothèses, des argumentations et des conclusions fortes.

Nous continuons à procéder de manière démocratique, horizontale, coopérative et autogérée. Notre démarche est ouverte. Chacun.e peut y participer pour présenter seul.e ou à plusieurs un ouvrage traitant de la question sociale, de la lutte contre l’ordre dominant et contre les sociétés d’exploitation. Les présentations seront structurées de manière à s’adresser autant à celles et ceux qui n’ont pas lu le livre qu’à celles et ceux qui l’ont abordé en partie ou dans sa totalité.

Nous vous invitons à faire des propositions de lectures critiques. Pour amorcer la pompe, nous organisons une première séance,

le lundi 12 novembre à 20 heures,
dans les locaux de l’ADC
(Association de Défense des Chômeurs.euses – Maupas 81, 1004 Lausanne).

Le livre présenté et discuté sera donc celui de Alexis Cukier, Le travail démocratique, paru cette année.

La discussion que nous mènerons suit le travail que nous avons fait avec plusieurs camarades de Suisse romande sur divers textes de Bernard Friot extraits de l’ouvrage Emanciper le travail. Après la question de la valeur du travail conjuguée à la démocratisation de sa reconnaissance, nous passons à la question de la maîtrise de la démocratie par le travail conjuguée à la maîtrise démocratique du travail – comme l’indiquent implicitement les deux lectures possibles du titre «Le travail démocratique». Friot écrit la critique démocratique du partage des bénéfices du travail. Cuckier, quant à lui, écrit la critique des conditions d’une démocratie industrielle.

En effet, Le travail démocratique traite de la centralité du travail et en établit les éléments d’une critique démocratique. Le travail, comme en témoigne, par exemple, le devoir de subordination qu’entendent imposer toujours plus radicalement, depuis le contrat de travail, les employeurs/euses aux salarié.e.s, est un terrain d’emblée politique où s’affrontent pouvoir de commandement, aliénation d’une part et contre-pouvoir, politique de libération ainsi que projet d’émancipation de l’autre. Et, bien entendu, l’hypothèse d’un «bloc social du travail» déborde la situation du salariat et fait surgir la question radicale du travail gratuit, assigné et contraint comme sujet de lutte et de transformation.

Le travail est donc une question éminemment politique portée par les subjectivités émancipatrices, les politiques de libération, les expérimentations alternatives, les pratiques de confrontation, les objectifs et les enjeux des luttes mais tout autant les aspirations, les désirs et les rêves. Il s’agit, par les luttes et l’organisation, de transformer jour après jour le procès, l’organisation et la division du travail. Et de s’appuyer sur cette lutte de longue marche pour accumuler de nouveaux droits démocratiques pour toutes.tous les travailleuses.eurs, ainsi que d’ouvrir la voie à des transformations sociales et institutionnelles radicales.

Discutons-en !

Rencontre avec la FAU. Les luttes en Uruguay.

L’Amérique latine connaît une nouvelle période de luttes. Pour mieux connaître la situation d’un des pays de ce continent, l’Uruguay, nous recevons un camarade syndicaliste enseignant et membre de la Fédération anarchiste uruguayenne (FAU).
L’exposé suivi d’un débat aura lieu le mardi 7 août 2018, à 19 heures, dans les locaux de l’ADC (rue du Maupas 81, Lausanne).
Ce camarade nous parlera de :
1. La situation politique et les luttes en Uruguay
2. L’action de la FAU, sa stratégie et sa conception du pouvoir populaire, comme élément central d’une proposition libertaire aujourd’hui.
Nous nous réjouissons de vous rencontrer. Venez nombreuses et nombreux et faites venir !

 

Conférence de Bernard Friot

 

auteur de « Vaincre Macron », « Puissance du salariat »,

« Emanciper le travail »

Jeudi 3 mai, à 19 heures, à l’Université ouvrière, Place des Grottes, Genève

Est-ce que quelque chose de nouveau se produit ? La question peut désormais être posée. On commence à abandonner les chemins battus.

Avec le mouvement social initié en France par les cheminotes et les cheminots en fer de lance et qui s’étend aux étudiants, aux éboueurs, aux travailleuses et travailleurs du secteur de la santé, aux employé(e)s de Carrefour, à la fonction publique, à Air France, aux retraité(e)s, les contours d’un autre monde se dessinent.

Le salaire à vie, un autre rapport au travail, un véritable statut du producteur, la propriété d’usage des outils de travail et des entreprises, sont des vraies réponses aux exclusions actuelles, à la jeunesse précarisée, à l’exploitation impitoyable des travailleuses et des travailleurs, à l’éradication des vieux.

Vaincre Macron et Révolutionner le travail

Conférence publique de Bernard Friot

Comment vaincre Macron, et donc le Medef ? En retrouvant la fierté de notre histoire populaire, qui est une histoire d’émancipation du travail, pour sortir le débat public de la fange de la xénophobie et prolonger les conquêtes du mouvement ouvrier au XXe siècle. Le temps est venu de donner un contenu économique concret à l’audace démocratique de l’article premier de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 : les humains naissent et demeurent libres et égaux en droits. Toute personne majeure résidant sur le territoire national doit être dotée de trois droits inaliénables : la propriété d’usage de l’outil de travail afin de faire les choix majeurs dans l’entreprise ; la participation à la délibération des caisses chargées de subventionner l’investissement à la place du crédit bancaire et des groupes capitalistes ; le salaire à vie afin que, assurés de notre reconnaissance sociale, nous décidions au travail en toute liberté. En prenant en main l’investissement et les entreprises, nous vaincrons Macron, et nous sortirons la production de la folie écologique, anthropologique et territoriale du capitalisme.

Pour les personnes intéressé•e•s à aller plus loin, Bernard Friot sera également présent pour une discussion autour de la théorie de la valeur dans son œuvre, dans le cadre du séminaire inter-labos « valeur, valuation, valorisation » (UNIL-EPFL), le jour même de 15h-17h à l’Université de Lausanne – Géopolis 5799

Bernard Friot est sociologue et économiste, professeur émérite à l’Université Paris-Nanterre. Il est fondateur de l’Institut Européen du Salariat et animateur de l’association d’éducation populaire « Réseau salariat ». Depuis plus de 20 ans, sa relecture radicale de la protection sociale et de son histoire renouvelle en profondeur nos conceptions du salaire, de la valeur, du travail, du capitalisme et des voies de l’émancipation.

Evénements organisés avec le soutien du LACCUS-ISS, du séminaire inter-labos « valeur, valuation, valorisation » (UNIL-ECPG), du Groupe Regards Critiques de l’UNIL et du Réseau Salariat de Suisse romande.

Loi Travail: conférence et projection

La mobilisation contre la Loi Travail en France

Conférence-débat avec deux camarades syndicalistes mobilisé-e-s de Solidaires Étudiant-e-s

&

Projection avant-première du film «Comme des lions!» de Françoise Davisse sur la lutte des salarié-e-s de PSA

Lundi 18 avril 2016 à 19h
Au cinéma OBLO
Av. de France 9
Lausanne
ENTRÉE PRIX LIBRE Continue Reading