La situation de l’assurance maladie est insupportable. Mobilisons-nous pour la changer

 

Rassemblement et action de protestation
Le samedi 26 mai 2018, 14 heures, place St-François, Lausanne (Attention – Changement de lieu)

Dans plusieurs villes de Suisse à l’appel du groupe de Lutte contre l’augmentation des primes d’assurance maladie (LCAPAM), vont se tenir des manifestations sur des objectifs que nous partageons entièrement.

Ici à Lausanne nous sommes un groupe de militant-e-s appartenant à divers collectifs. Pour le rassemblement du 26 mai nous voulons mettre l’accent sur 4 points qui nous paraissent essentiels:

  1. 40% des personnes qui devraient toucher les subsides LaMal ne bénéficient pas de cette prestation pourtant indispensable. Elle doit être automatiquement attribuée. Nous voulons que 100% des ayants droit la touchent.
  2. La grande majorité des personnes et des familles, supporte le coût scandaleux des primes, des franchises et des participations aux frais des soins. Cet argent qu’on nous extorque, on nous en prend toujours plus. 25% de la population renonce aux soins médicaux faute de moyens. Cela ne peut continuer. Chacun-e doit être convenablement suivi et soigné. C’est un droit fondamental.
  3. Un maximum général doit être institué contre la folle augmentation des prix, pour ce que nous payons directement en matière de santé: soit les primes, les franchises et la participation aux coûts. Ne plafonner que les primes à 10% du revenu des personnes et des familles ne suffit pas. Cette mesure seule ne permet pas de redresser la situation.
  4. Suppression immédiate des listes noires misent sur pied assurances. Elles excluent des soins les personnes fichées. Prise en charge immédiate de toutes les personnes dont les prestations sont coupées par les assurances maladie, refus total des situations de non-traitement.

Toutes et tous au rassemblement et à l’action de protestation le samedi 26 mai 2018 à 14 heures !

L'Ami-e du Peuple

One Comment

  1. Il y a une chose jamais relevée: ce sont ceux qui ne peuvent pas payer les plus grosses primes qui ont les plus hautes franchises, donc qui se soignent le moins, regardant à la dépense. Ainsi, ce sont aussi eux, les plus pauvres, qui sont solidaires pour ceux qui ont plus de moyens (bien sûr aussi pour les malades ou accidents graves) et sont moins regardants autour des soins. Il faudrait aligner les franchises et les primes sur les revenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*