Subsides LAMAL, notre droit – Automaticité des prestations, égalité des droits

 

 

Les primes d’assurance maladie (LAMAL) vont augmenter de 6,4% pour les adultes et de 8,3% pour les enfants en 2018.

Le pouvoir d’achat de nos salaires, de nos rentes, de nos revenus va encore baisser gravement !

En effet, les primes LAMAL ne sont prises en compte ni pour l’indexation des salaires ni pour celle des rentes. Plus de 28% des vaudois.e.s ne peuvent payer leur assurance-maladie car salaires et rentes sont trop bas. C’est dire la gravité du problème posé par la précarité sociale et la pauvreté dans ce canton.

Précarité et pauvreté en hausse
D’ores et déjà 28,5% de la population vaudoise n’a pas les moyens de payer l’assurance et doit recourir aux subsides publics pour garantir son accès aux prestations de santé de base. Et ceci est sans compter d’autres coûts comme les soins dentaires qui sont pour l’essentiel à charge de chacun.e, avec des aides publiques très réduites.

Le droit aux subsides, sur la base des récentes mesures du Conseil d’Etat, est ouvert aux conditions suivantes (chiffres brutes) :
• le revenu déterminant ouvrant le droit aux adultes de 26 ans et plus qui vivent seuls est à 50’000 fr.
• le revenu déterminant ouvrant le droit aux adultes sans enfant de 26 ans et plus et qui vivent en couple est à 72’500 fr.
• le subside maximum des enfants de moins de 19 ans est à 100 fr.
• le revenu déterminant applicable permettant d’allouer aux enfants un subside au moins égal au 50% de la prime est à 63’000 fr.
• hausse des subsides applicables aux bénéficiaires du revenu d’insertion permettant de s’assurer sans part à charge, mais sur un modèle d’assurance avec une franchise à 2500 fr. Continue Reading

Bon débarras !

Pour le retour du ramassage des déchets encombrants à Lausanne !

Depuis 2013, en ville de Lausanne, le ramassage des déchets encombrants a été totalement supprimé. Profitant de l’introduction de la taxe au sac, la Municipalité a supprimé ce service public utile et nécessaire. Ce qui autrefois était accessible à toutes et à tous est devenu un véritable calvaire notamment pour les personnes âgées, à mobilité réduite ou encore celles et ceux sans véhicule. L’arrêt de cette prestation communale s’est fait au mépris des besoins de la population. Les autorités font des économies en détruisant le service public. C’est inacceptable !

Continue Reading